Baseball D1: Les Huskies s’imposent dans la poule A, Montpellier en tête de la poule B

Bastien ‘Balou’ Dagneau de Rouen a de la puissance et de la régularité (Crédit: B. Witte)

Who let the dogs out? C’est la question que se posent en ce moment les 10 équipes de la ligue française de baseball D1 qui ne s’appellent pas les Rouen Huskies.

Vainqueur des cinq derniers titres de champion (et 14 des 15 derniers), Rouen a eu un sacré règne dans le baseball français. Et pourtant, pendant un moment, il a semblé que cette année pourrait enfin être la saison où la dynastie plonge. Après six matchs, les Huskies avaient une fiche de 3-3, et autour de la ligue, on avait le sentiment que les gros chiens du baseball français avaient perdu leur morsure.

Mais voilà, Rouen s’est réveillé ! Et maintenant, après une paire de victoires spectaculaires dimanche, les Huskies ont soudainement terminé en tête de la poule A.

Avec cela, ils gagnent une place en demi-finale, à partir du 26 septembre, contre Montpellier ou Sénart.

Rouen a désormais remporté huit victoires consécutives. Mais les victoires, notamment les deux dimanches face à leurs principaux rivaux de la poule A, les Lions de Savigny, ne sont guère venues facilement.

Savigny était impatient de se débarrasser de certaines pertes inattendues ces derniers temps. Ils savaient également que s’ils pouvaient battre Rouen lors des deux matchs du dimanche, ils retourneraient dans la première place de la poule. Et donc, au moment du match, les Lions ont tout donné.

Lilian Amoros de Savigny a fait une belle saison (Crédit: B. Witte)

Dans le premier match, Lilian Amoros a lancé un match magnifique, affrontant Esteban Prioul de Rouen (et plus tard Yoimer Camacho) dans ce qui était un match sans points en huit manches. Mais au neuvième, avec Mauricio Robles pour remplacer Amoros, les Huskies ont finalement trouvé une ouverture et, grâce à un RBI single de l’import américain Jacob Biller (.341), ont marqué ce qui serait finalement le point gagnant.

Le match de l’après-midi a également eu beaucoup de drame. Menés de 1 à 5 avant le huitième, les Lions ont refusé de concéder, marquant deux dans chacune des deux manches suivantes pour égaliser le match et forcer des manches supplémentaires.

À la 10e manche, cependant, les Huskies ont fait leur propre déclaration avec une éruption offensive qui a fait plier Savigny une fois pour toutes. L’ajout de fin de saison Gabriel Bracamonte (.429) du Venezuela a fait avancer les choses pour Rouen, avec un coup sûr qui a marqué Joseph Toubeaux. L’ancien espoir des Yankees de New York a obtenu un autre coup sûr plus tard dans la même manche dans ce qui s’est avéré être un barrage de sept points pour les Huskies.

Score final : 12-5.

Attention aux Cougars

Avec les deux défaites, les Lions (à 8-6) ne pourront pas rattraper les Huskies, mais ils peuvent toujours participer aux séries éliminatoires – à condition de conserver la deuxième place du groupe.

Le meilleur pari de Savigny est de remporter ses deux derniers matchs de saison régulière, le week-end prochain contre Paris UC. Mais ils regarderont aussi par-dessus leurs épaules dans les jours à venir et espèrent que les Cougars de Montigny soudainement chauffés au rouge se rafraîchissent un peu.

Montigny, à 6-6, est encore loin de devancer les Lions, mais on ne peut nier le revirement que l’entraîneur remplaçant Jonathan Jaspe du Venezuela a contribué à inspirer dans cette équipe. Les Cougars ont battu Savigny à deux reprises au début du mois, et ont remporté dimanche deux autres matchs – et de façon convaincante (17-5, 9-1) – contre le Paris UC.

Alexandre Couton (.387) de Montigny a connu une journée monstre au bâton, obtenant une fiche de 4 en 4 lors du premier match avec quatre points produits et récoltant une autre paire de coups sûrs dans le match de l’après-midi. Le joueur de champ intérieur Jean Scavo (.333) était également en feu, réalisant un combiné de 4 contre 8 le jour avec cinq points produits et cinq points marqués, et dans le match de l’après-midi, Dylan Mayeux (.326) est également entré dans l’action, allant 3-pour-5.

Les Cougars disputent quatre autres matchs en saison régulière, dont un duo contre Rouen le 1er août. 29.

Seize d’affilée !

Quelle que soit l’équipe qui se retrouvera avec cette deuxième place en playoff, elle aura du pain sur la planche en demi-finale, lorsqu’elle affrontera les Barracudas de Montpellier ou Sénart Templiers.

Pour l’instant, les Barracudas invaincus ont une légère avance au classement de la poule B après avoir remporté une paire dimanche contre les Boucaniers de La Rochelle.

Le lancer a de nouveau fait la différence pour Montpellier, qui possède la meilleure rotation de la ligue avec Kevin Canelón (7-0, 0.39 ERA), Owen Ozanich (4-0, 0.28 ERA) et Erly Casanova (5-0, 0.73 ERA).

Soriano trouve son rythme à Montpellier (Crédit: B. Witte)

Canelón a commencé le match d’ouverture, accordant deux points (son premier de la saison) mais remportant toujours la victoire grâce à des frappes opportunes de gars comme Patrick Cromwell et Ariel Soriano, qui ont réussi trois coups sûrs et trois points produits dans le match entre eux.

Casanova a pris le monticule dans le match de l’après-midi, blanchissant les Bouncaniers en cinq manches avant d’être relevé par Kenny Esposito puis Ozanich, qui a lancé les trois dernières manches et a réussi son deuxième save de l’année.

Cromwell et Soriano se sont également connectés dans ce match, récoltant chacun un coup sûr, tout comme le rapide Paolo Brossier. Nolan Soliveres, Julien Monks, Pierre Doat, Mathis Nayral et Nicolas Khoury ont tous eu un hit également.

Un chef-d’œuvre sur le monticule

Le fait qu’à 16-0, les Barracudas n’aient pas encore garanti la première place de la poule montre à quel point leurs principaux rivaux, les Templiers, ont également joué cette saison.

Comme Montpellier, Sénart dispose d’un personnel de lanceurs profonds et d’un alignement chargé, et à l’approche du week-end, ils avaient également une fiche parfaite (12-0).

Mais lors de leur match d’ouverture dimanche contre les Metz Cometz, les Templiers, très favorisés, ont eu du mal à gagner du terrain contre un Américain importé, Stephen Fleury, qui se trouve également en tête de la ligue pour les strikeouts.

L’import américain Stephen Fleury du Massachusetts (Crédit: B. Witte)

Au début de la journée, l’ancien lanceur du Merrimack College n’avait pas encore remporté de victoire cette saison, mais a lancé un match inspiré contre les Templiers, n’accordant qu’un point en huit manches et en retirant 16 pour porter son total de strikeouts de la saison à 85, un sommet dans le championnat (Naoki Teramura de Nice est deuxième avec 72).

Un autre ancien de Merrimack, Daniel Amidon, a lancé le neuvième pour les Metz pour compléter le bouleversement. Score final : Metz 2, Sénart 1.

Les Templiers, comme prévu, ont rebondi dans le match de l’après-midi, récoltant huit points sur 13 coups sûrs pour battre le Cometz 8-2 et passer à 13-1 cette saison. Ils savent aussi que malgré la défaite, ils peuvent encore rattraper Montpellier au classement, peut-être dès le week-end prochain, lorsque les deux équipes s’affronteront dès samedi soir à Sénart.

On dit que les équipes se retrouveront à Montpellier, le 12 septembre, pour rattraper une paire de matchs du 4 juillet suspendus à cause de la pluie. Dans ce cas, les deux équipes manqueront certains de leurs titulaires clés étant donné que l’équipe nationale française joue ce même week-end dans les championnats d’Europe de baseball dans le nord de l’Italie.

Dos más pour Montas

Le cinquième et dernier affrontement du week-end a eu lieu à Clermont-Ferrand, où l’équipe locale, les Arvenes, a remporté le match d’ouverture mais a perdu le match de l’après-midi contre une équipe de Nice Cavigal qui a maintenant remporté trois de ses quatre derniers matchs.

Naoki Teramura de Nice Cavigal (Crédit: B. Witte)

Les deux équipes ont maintenant des records identiques de 5-13 et sont à égalité avec le Metz Cometz pour la dernière place de la poule B. Mais elles ont également deux des plus gros succès de la ligue. Jonathan Montas de Nice (.437) a réussi deux coups sûrs ce jour-là pour porter son total de la saison à 31 en tête de la ligue. Le deuxième sur la liste est Jacob Benson (.333) de Clermont-Ferrand, qui en a 23, suivi d’Andy Paz de Sénart (.468 ), avec 22.

Nice boucle la phase régulière de la saison le week-end prochain à La Rochelle. Clermont-Ferrand et le Cometz joueront également leurs derniers matchs – l’un contre l’autre, à Metz.

Pour plus d’informations sur les statistiques et la programmation de la D1, visitez le site Web de la FFBS.


			

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s