C’est parti pour le Challenge de France

Nolan Soliveres de Montpellier était tout sourire (Crédit: B. Witte)

LA ROCHELLE — Le Challenge de France, événement coup de cœur mettant en vedette les huit meilleures équipes de la ligue D1, a débuté jeudi en trombe, plus précisément un blowout !

Le premier avant-goût du tournoi, qui se déroule cette année à La Rochelle et Pineuilh, a été une confrontation entre le puissant Sénart Templiers et la seule équipe qui a réussi à les battre cette année, bien qu’une seule fois (et à peine) : le Metz Cometz.

Dans cette réunion particulière, cependant, il n’y aurait pas de fin David-beats-Goliath. Sautant sur le lanceur de Metz Elian Aubry, les Templiers – les champions en titre du Challenge (2019) – n’ont pas perdu de temps pour montrer pourquoi ils sont à nouveau les favoris pour remporter le tournoi et avec cela, gagner une place l’année prochaine dans la CEB Cup.

Marquant trois points dans la première manche, l’alignement chargé de Sénart a explosé pour 11 de plus dans la troisième, mettant le match hors de portée tôt pour le Cometz sous-exploité. Ils ont fini par mettre 16 sur le tableau par rapport à un seul point pour Metz – un circuit en solo de l’import américain Thomas Joyce du Massachusetts – avant que les arbitres ne mettent fin au match après le sixième.

Sénart n’a fait aucun prisonnier (Crédit: B. Witte)

À la tête de la charge pour les Templiers, le vétéran de champ intérieur Felix Brown, qui était parfait au marbre, a obtenu une fiche de 3 en 3 avec deux buts sur balles, trois points produits et trois points marqués. Une autre bonne nouvelle pour Sénart était que leur lanceur partant, Sam Belisle, n’a dû rester que trois manches, ce qui signifie qu’il sera prêt à repartir plus tard dans le tournoi.

Une bagarre à Pineuilh

Les feux d’artifice ne manquent pas non plus à Pineuilh, où les Lions de Savigny ont eu la tâche peu enviable de disputer leur match d’ouverture contre les brûlants Cougars de Montigny.

Vainqueurs de six de leurs sept derniers matchs de saison régulière, les Cougars ont néanmoins failli se qualifier pour les séries éliminatoires. L’équipe qui s’est faufilée juste devant eux ? Les Lions.

Le décor était planté, en d’autres termes, pour un vrai combat de chats, et les deux équipes n’ont pas déçu. Montigny a tiré le premier sang et menait 3-1 après deux manches. Savigny a gratté avec un autre point au quatrième, mais a accordé deux points au quatrième, un autre au cinquième et deux autres au début du sixième.

Menés 2-8 à ce moment-là, les Lions ont néanmoins refusé de jeter l’éponge et sont revenus en force avec quatre points en fin de sixième. À partir de là, les deux équipes ont continué à se battre, mais grâce à une poussée tardive, Savigny a fini par prendre l’avantage et a remporté le slug-fest par un score final de 13-10.

Lefevre frappe une bombe

Plus tard dans l’après-midi, le champion en titre de D1 Rouen Huskies a pris le terrain à Pineuilh contre le Stade Toulousain, et après avoir marqué un point dans le premier cadre, a mené jusqu’au bout, finissant par éliminer ses adversaires 9-5.

Lefevre a envoyé une balle hors du parc (Crédit: B. Witte)

Gabriel Bracamonte a récolté deux coups sûrs pour les Huskies, et au huitième, le vétéran Maxime Lefevre a décoché un circuit de trois points qui a scellé l’accord pour Rouen. Les Huskies ont terminé 12-4 en saison régulière et, comme Sénart (17-1) et Savigny (10-6), participeront aux prochaines demi-finales de D1.

Du côté des perdants, Jossue Mendoza a réussi deux coups sûrs dans le match. Le lanceur Franklin De La Rosa a également bien performé, accordant trois points tout en retirant huit par strikeout en cinq manches de travail.

Ozanich à la rescousse

La quatrième et dernière équipe des play-offs, les Barracudas de Montpellier, a également pris le terrain jeudi, à La Rochelle, et face à l’équipe hôte, les Boucaniers.

Même si les deux équipes ont choisi d’utiliser des lanceurs de réserve – afin de conserver leurs armes les plus fortes pour les matchs ultérieurs – le match était une affaire de faible score jusqu’à ce que les Barracudas deviennent chauds en sixième avec quatre points sur trois coups sûrs.

Antoine de La Rochelle a fait un vaillant effort (Crédit: B. Witte)

Mené 1-4, La Rochelle a toutefois rapidement rebondi, en ramassant deux à la septième. Mais à partir de là, Montpellier s’est tourné vers l’un de ses bras les plus fiables, le vétéran de la D1, Owen Ozanich, qui a lancé 2,1 manches imposantes (il n’a pas autorisé un coup sûr ou une marche) pour gagner le save.

Ariel Soriano a récolté deux coups sûrs pour les Barracudas, et Kevin Canelón, leur as gaucher, a obtenu un coup sûr de deux points produits tout en faisant une rare apparition en tant que DH de l’équipe. Un coup de chapeau également au lanceur de La Rochelle Nicolas Antoine, qui a perdu le match mais a très bien lancé, accordant six coups sûrs tout en retirant six frappeurs sur des prises en huit manches de travail.

Le Challenge de France se poursuit vendredi. Metz affronte La Rochelle, Montigny affronte Toulouse, Sénart affronte Montpellier et Savigny affronte Rouen. Pour plus de détails sur la planification et les résultats, visitez le site FFBS.

2 comments

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s