Sénart et Rouen se retrouveront en finale de baseball de D1

Esteban Prioul a mené Rouen en finale avec une victoire dans le match 4 (Crédit: B. Witte)

ROUEN — Pour la quatrième fois en cinq saisons, les deux clubs phares de la France, les Huskies de Rouen et Templiers de Sénart, s’affronteront en finale de la ligue de baseball D1.

Le statu quo du baseball français a été préservé, en d’autres termes, non sans quelques drames de dernière minute, à la fois sur et en dehors du terrain.

Les Lions de Savigny, face aux Templiers, et les Barracudas de Montpellier, face aux Huskies, sont entrés dans les confrontations cruciales de ce week-end sans avoir gagné de match. Les deux équipes ont cependant refusé d’y aller tranquillement dans la nuit.

Savigny, qui jouait samedi après-midi dans ce qui n’était que le deuxième match de la série (en raison d’une pluie le dimanche précédent), s’est battu jusqu’au bout dans un concours qui a vu les deux lanceurs partants — Shane Priest pour Sénart et Gédéon Coste pour Savigny — tenir la distance.

Coste a été à bien des égards encore plus efficace que son rival américain, n’accordant que trois coups sûrs et en retirant sept sur des prises. Mais les erreurs se sont avérées coûteuses pour les Lions, permettant aux Templiers de marquer quatre points, dont trois en cinquième, et finalement de remporter une victoire 4-3.

Priest a accordé huit coups sûrs — dont cinq au tandem vénézuélien de Savigny composé d’Alfredo Angarita et d’Ivan Acuña — mais est reparti avec le win, son neuvième de l’année.

Angarita a eu quatre coups sûrs dans la série (Crédit: B. Witte)

Tirant de l’arrière 0-2 dans la série et face à l’élimination, mais avec le troisième match prévu ce même soir, les joueurs de Savigny n’avaient d’autre choix que de panser leurs plaies et de se remettre au travail. Cette fois-ci — sous les lumières du stade des Templiers à Lieusaint, au sud de Paris — les Lions ont rugi, marquant régulièrement tout au long du match en route vers une victoire convaincante 8-1.

Cela a mis en place un match crucial 4 dimanche matin, et encore une fois, Savigny s’est tenu debout contre les Templiers fortement favorisés. Comme lors du match d’ouverture de la série, le week-end précédent, les Lions ont mené jusqu’à tard. En huitième, cependant, Sénart a réussi à égaliser à 2-2, préparant le terrain pour des manches supplémentaires.

Savigny a marqué une paire en début de 10e, se mettant tellement près de forcer un cinquième et dernier match. Mais en fin de manche, les Templiers ont riposté, marquant le point décisif sur un simple RBI de Mathis Meurant.

Luttant pour marquer

La victoire renvoie Sénart en finale de D1 pour la deuxième fois en autant de saisons, et l’équipe espère cette fois-ci s’en sortir bien mieux qu’en 2019 (la saison 2020 a été annulée en raison de COVID-19), quand Rouen a de nouveau pris le dessus dans leur rivalité longue mais aussi déséquilibrée.

Sam Belisle a travaillé DUR pour Sénart en demi-finale (Crédit: B. Witte)

Sur le papier, Sénart a certainement une chance de renverser la vapeur. Ils ont deux lanceurs étrangers solides, Priest et Sam Belisle-Springer, et un lineup profond et expérimenté dirigé par des gars comme Andy PazFelix Brown et Alex Perdomo.

Ceci dit, ne dormez pas sur les big dogs de la D1, vainqueurs des cinq derniers championnats et 14 des 15 derniers. Les Huskies ont l’habitude de s’imposer quand ça compte, et ils l’ont prouvé une nouvelle fois face aux Barracudas de Montpellier avec des victoires serrées, le week-end précédent, dans les deux premiers matchs de la série.

Avec leur as vénézuélien Yoimer Camacho sur le monticule, les Huskies espéraient conclure la série samedi. Mais les Barracudas, désespérés de rester en vie, parviennent enfin à prendre le meilleur sur Rouen.

Le lanceur Erly Casanova, de Cuba, a lancé un joyau, blanchissant l’équipe locale en huit manches de travail. Owen Ozanich, un ancien Husky, a complété le blanchissage avec un arrêt de neuvième manche. Et du côté offensif, le receveur montpelliérain Nolan Soliveres a fait la différence : un home run solo à la septième.

Casanova a donné aux Barracudas une raison de croire (Crédit: B. Witte)

La série étant prolongée à un quatrième match, les Barracudas ont maintenu la pression, se classant premiers au tableau d’affichage grâce à un jeu de course agressif de l’adolescent Pierre Doat. Rouen a égalé les choses dans le troisième, cependant, et au huitième a bénéficié d’une course de base agressive de son côté alors que Louis Brainville a marqué tout le chemin du premier sur un coup sûr d’Hugo Blondel.

Son équipe en avance 2-1, le lanceur de Rouen Esteban Prioul a complété le match pour remporter sa cinquième victoire de la saison. Au total, il a accordé cinq coups sûrs et en a retiré 10 sur des prises. Le gaucher Kevin Canelon, malgré une solide sortie, a subi la défaite alors que les Barracudas luttaient une fois de plus pour se démarquer offensivement.

La pétition réussie de Rouen pour garder le meilleur frappeur de Montpellier, Ariel Soriano, hors de la formation (sur un point technique) n’a pas aidé les choses. Mais même lors des deux premiers matchs de la série, lorsque Soriano a joué (et il a bien joué), le groupe dans son ensemble a eu du mal à marquer.

La prochaine phase de la saison de D1 — une série de finales au meilleur des cinq entre les Templiers et les Huskies — débute samedi prochain (à 15 heures) à Rouen. Le match 2 aura lieu le lendemain, à partir de 11 h. La série reprend le week-end suivant à Sénart.

Pour plus de détails sur les statistiques et la programmation, visitez le site Web de la FFBS.

2 comments

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s