La curieuse connexion du baseball français avec… l’Argentine (1ere partie)

Sam Belisle-Springer a participé à la saison inaugurale du LAB

Pensez à l’Argentine, et un certain nombre de choses pourraient vous venir à l’esprit. Il y a Maradona et Messi, bien sûr. Pampas et parrilladas, peut être. Evita. Empanadas. Gauchos et Gardel…

Quelle que soit la liste, une chose qu’il est peu probable d’inclure est le baseball. Et c’est parce qu’en Argentine, comme tout le monde le sait, il s’agit de… fútbol ! Les Argentins sont aussi sacrément bons au basket. Et au tennis. Et même au rugby et au polo. Oui, polo.

Mais le baseball ? No tanto. Et pourtant, le sport a une présence en Argentine, et une histoire qui remonte à plus d’un siècle.

Selon le site web Béisbol Argentino, la première Asociación Argentina de Béisbol a été fondée en 1925, un an seulement après la naissance de l’instance dirigeante du baseball français, la FFBS. Et dans les années 1950, des passionnés de baseball à Buenos Aires, la capitale argentine, ont organisé la LMB, une « Ligue métropolitaine » qui existe toujours.

Entre-temps, le baseball a également fait son apparition dans les provinces de l’intérieur du pays, notamment à Córdoba, au centre de l’Argentine, et à Salta, dans l’extrême nord. Et c’est dans ces deux villes, depuis cinq ans, que les clubs participants ont lancé un nouveau et ambitieux projet de baseball appelé la Liga Argentina de Béisbol (LAB), une ligue semi-pro dont le vainqueur disputera la Serie Latinoamericana contre les meilleurs. équipes du Chili, de la Colombie, du Nicaragua et d’ailleurs dans les Amériques.

L’édition 2021, qui a débuté en septembre — au printemps, en Argentine — et s’est terminée il y a quelques semaines à peine, ne comptait que quatre équipes : les Falcons, les Pumas, les Infernales et les Águilas. Les Falcons ont remporté le titre de champion après un balayage de trois matchs des Pumas. Les deux équipes sont originaires de Córdoba.

Fascinant, non ? Nous le pensons. Mais, vous vous demandez peut-être: qu’est-ce que tout cela a-t-il à voir avec le baseball français ? Pourquoi Le Baseblog accorde-t-il plus d’attention à la pampa argentine qu’à ce qui se passe à Paris ou à Perpignan ?

La réponse est qu’il existe des liens très sympathiques entre les mondes du béisbol argentino et du baseball français, à commencer par un homme qui, pour quiconque a suivi notre publication ces deux dernières années, n’a pas besoin de présentation.

Yoimer Camacho

L’arme pas si secrète de Rouen est tout simplement sensationnelle depuis sa première apparition, en 2019, en championnat de France de D1. En deux saisons avec les Huskies, Camacho, un droitier, a une fiche époustouflante de 19-1, avec deux titres de champion à montrer pour ses efforts.

Camacho a été presque intouchable en D1 (Crédit: B. Witte)

Originaire de Santa Teresa del Tuy, au Venezuela, il est actuellement de retour dans son pays d’origine, où il connaît un passage très réussi avec les Leones de Caracas de la ligue professionnelle vénézuélienne, le LVBP. Camacho, qui aura 32 ans le mois prochain, a terminé la saison régulière 6-1, avec une ERA de 3.40 et 31 retraits au bâton en 45 manches lancées.

Ce n’est en aucun cas la première incursion du lanceur dans la LVBP. Il a également de l’expérience aux États-Unis, où il a joué au baseball dans les ligues mineures avec l’organisation Arizona Diamondbacks, et en Italie, en tant que membre des clubs de San Marino et de Parma dans la ligue de Serie A.

Mais en plus de tout ça, Camacho a aussi lancé une saison en… vous l’aurez deviné… en Argentine ! Recruté en 2018 pour jouer pour les Águilas, à Salta, le Vénézuélien admet qu’il ignorait auparavant que le pays avait même une ligue de baseball.

« J’ai été surpris, car la seule chose dont on entend parler de l’Argentine est le football et seulement le football », a expliqué Camacho dans une interview avec le réalisateur du Béisbol Argentino, Diego Beccacece.

« Mais au fil des semaines, j’ai été impressionné par la qualité des joueurs ici. »

Il s’est avéré que le LAB a également été impressionné par la qualité de jeu de Camacho. Avec une ERA de 1.06 et 96 retraits au bâton en 56 manches, le Vénézuélien a remporté le prix Lisandro Corba, décerné chaque année au meilleur lanceur de la ligue.

Sam Belisle-Springer

Comme mentionné précédemment, Camacho a aidé à guider les Huskies de Rouen la saison dernière vers un nouveau titre en championnat de France de D1, en l’occurrence contre les Sénart Templiers.

C’était le sixième titre consécutif de Rouen, mais… ce n’était pas facile. Rouen n’a terminé ses adversaires qu’à la 10e manche du cinquième et décisif match, et une partie de ce qui a rendu les choses si difficiles a été une performance éblouissante d’un autre lanceur droitier, Sam Belisle-Springer de Sénart.

Springer-Belisle a tout donné en finale de D1 (Crédit: B. Witte)

Le Québécois a offert un spectacle pour les âges lors de la finale de D1, n’accordant qu’un seul coup sûr en neuf manches complètes pour remporter le match 4 et garder l’espoir de son équipe en vie. Il a ensuite pris une bouchée rapide et — le même après-midi !! — a repris le monticule pour le match 5.

C’est à ce moment-là que les choses sont devenues encore plus folles, car lors de ce deuxième match — dans ce cas, un face à face contre Camacho — Belisle-Springer a continué à briller, faisant huit autres manches et n’accordant qu’un seul point.

Insane to the membrane!

La performance a couronné ce qui avait été une saison fantastique pour le Canadien, sa première en France. Mais ce n’était pas sa première expérience dans le baseball international.

L’ancienne vedette de Concordia University, à Montréal, a également joué en Allemagne et aux États-Unis. Et c’est dans ce dernier, alors qu’il jouait en 2017 pour une équipe du Missouri, qu’il a eu vent d’une opportunité encore plus improbable : lancer dans le tout nouveau LAB, en Argentine.

« Mon entraîneur à l’époque était un ancien coéquipier de Pablo Tesouro, qui était alors président de la Liga Argentina de Béisbol », a récemment déclaré Belisle-Springer au Baseblog.

« C’était leur première année et ils cherchaient autant de lanceurs que possible, alors [mon entraîneur] a dit: Hé, tu veux aller jouer au ballon d’hiver en Argentine? Et je me suis dit: Pourquoi pas? »

L’aventure n’a pas toujours été facile. En tant que membre des Condores, à Córdoba, le Canadien a dû apprendre l’espagnol sur place. Il vivait également seul et, avec le recul, il a l’impression qu’il n’a pas profité autant qu’il le pouvait pour voyager davantage. Mais comme Camacho, il a trouvé le niveau de baseball étonnamment solide.

« Je pensais que le calibre était vraiment bon. Il y avait beaucoup de gars de l’équipe nationale qui jouaient là-bas, beaucoup de Vénézuéliens. Beaucoup d’anciens ligueurs mineurs. Donc, à l’époque, je pensais que la concurrence était vraiment rude. Certes, j’étais loin du lanceur que je suis aujourd’hui, donc je serais curieux si je revenais maintenant à quel point ce serait différent », a ajouté Belisle-Springer.

« J’ai fait une bonne saison, mais je sens que je serais mieux maintenant. »

(à suivre…)

2 comments

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s