La connexion argentine du baseball français, 2ème partie

Théo Lakmèche a joué pour les Condores de Córdoba en 2019 (Crédit: B. Witte)

La France et l’Argentine ont beaucoup de points communs en matière de sport. Les deux sont des puissances du football, avec quatre titres de Coupe du monde à eux deux : l’Argentine en 1978 et 1986, et la France en 1998 et 2018. Ils sont aussi très forts en basket-ball, avec chacun un certain nombre de joueurs en NBA, passionnés de rugby, et produisent des joueurs de tennis de classe mondiale.

Mais à l’insu de la plupart, les deux pays ont également des scènes de baseball petites mais dédiées qui remontent à plus d’un siècle et continuent, petit à petit, à grandir et à évoluer. L’instance dirigeante du baseball français, la FFBS, a été fondée en 1924. L’année suivante, outre-Atlantique, des passionnés de Buenos Aires, la capitale argentine, fondent la première Asociación Argentina de Béisbol.

En France, les meilleurs joueurs du pays s’affrontent dans la ligue de D1 à 11 équipes. L’Argentine a sa propre ligue semi-pro, la LAB, lancée il y a cinq ans dans les villes de Córdoba et de Salta, ainsi que la Liga Metropolitana de Béisbol (LMB), beaucoup plus ancienne, basée à Buenos Aires et dans ses environs.

Les mondes jumeaux du baseball français et du béisbol argentino sont bien sûr séparés par plus de 11 000 kilomètres d’océan. Et pourtant, il existe des liens très intéressants, croyez-le ou non, entre les deux.

Dans la première partie de cette sérieLe Baseblog s’est concentré sur une paire de lanceurs, Yoimer Camacho du Venezuela et Sam Belisle-Springer, un Canadien. Avant de se retrouver face à face lors de la finale de D1 l’année dernière, les deux ont, en fin de compte, passé du temps dans le LAB argentin.

Mais le lien du baseball français avec l’Argentine ne s’arrête pas là. Ensuite, nous examinerons trois autres joueurs, dont un jeune homme de Porto Rico qui s’est aventuré en Argentine non pas une mais deux fois, et au cours de cette période a réussi à jouer pour à peu près toutes les équipes de la ligue LAB.

Omar Prieto

Les fans de baseball français se souviennent peut-être d’Omar Prieto lors de son passage, en 2019, avec le Metz Cometz dans l’extrême nord de la France. C’était la première année du club en D1, et le joueur de champ intérieur / receveur a joué un grand rôle en aidant le Cometz à atteindre un record global de 27-13, assez bon pour la septième place du classement final de la ligue.

Prieto a bien profité de son séjour à Metz (Crédit: Metz Cometz)

Prieto, qui est originaire de Levittown, à Porto Rico, mais a joué au baseball universitaire dans le Michigan, a frappé .350 pour Metz et a mené l’équipe pour les coups sûrs (43), les points produits (29) et total bases (59).

Ce que l’on ne sait peut-être pas, c’est qu’avant d’arriver en France, el boricua (portoricain) s’était déjà fait un nom outre-Atlantique, au LAB argentin, où il avait rejoint le club des Pampas, à Salta, pour la saison 2018 et était nommé MVP de la ligue.

Son équipe n’a pas réussi à se qualifier pour les séries éliminatoires, mais cela a laissé Prieto éligible pour rejoindre les Águilas — l’équipe de Yoimer Camacho — pour les demi-finales, et plus tard les Falcons de Córdoba, en finale.

Les Falcons ont fini par remporter le titre de champion, se méritant une place dans le tournoi de Serie Latinoamericana de Béisbol 2019, où le Portoricain a continué de briller, avec une moyenne de .400 avec six coups sûrs, dont un grand slam contre les Caimanes de Barranquilla, le représentant colombien du tournoi.

Prieto était ‘en fuego’ dans la Serie Latinoamericana 2019

« J’ai eu la meilleure expérience que je pouvais demander dans ma carrière de baseball », a-t-il déclaré au Baseblog.

« L’expérience a dépassé mes attentes. Jouer aux côtés des meilleurs joueurs argentins et de grands joueurs d’autres pays d’Amérique latine était un rêve devenu réalité pour moi ».

Après son incursion dans le baseball français, Prieto est retourné en Argentine en septembre suivant, jouant à nouveau pour Pampas, qui avait depuis été rebaptisé Los Vikingos. Pour les séries éliminatoires, il a rejoint une autre équipe, Los Infernales, remportant à nouveau le titre LAB.

« Je suis éternellement reconnaissant à l’Argentine et à toutes les personnes qui m’ont permis de participer et de laisser ma marque », a ajouté Prieto.

Théo Lakmèche

Camacho, Belisle-Springer et Prieto sont tous les trois ce que l’on appelle en France des jouers import. Mais l’Argentine a également servi de point d’atterrissage, en 2019, à l’un des talents français les plus accomplis.

Né et élevé à Thiais, au sud de Paris, Lakmèche a fait ses débuts avec son club natal, les Tigres, avant de faire ses débuts en D1, il y a dix ans, avec les Lions de Savigny.

Lakmèche a également joué en Australie et en République tchèque (Crédit: B. Witte)

Le receveur de 29 ans a également représenté son pays à de nombreuses reprises, aidant la France à remporter un titre aux Championnats d’Europe U21 2012, en République tchèque, puis jouant pour l’équipe nationale masculine, y compris en 2020, lorsque les Bleus se sont entraînés brièvement — dans la perspective des éliminatoires malheureux de la World Baseball Classic — avec la légende de la MLB Bruce Bochy.

Au fur et à mesure que les compétences du jeune Français se développaient, de nouvelles opportunités se sont présentées et Lakmèche n’a pas hésité à répondre à l’appel. À l’hiver 2018/2019, il a emmené ses talents down under, à la Ligue de baseball d’Australie du Sud. Vient ensuite un passage dans l’Extraliga de la République tchèque, où il joue pour Olympia Blankso, et l’hiver suivant, il se dirige vers un territoire alors totalement inexploré pour un joueur français : l’Argentine !

« L’expérience était incroyable », raconte Lakmèche à propos de son « hiver » (été en Argentine) avec les Condores, à Córdoba.

« Mes coéquipiers m’ont bien intégré. Les argentins, en règle générale, sont très accueillants et très sociables. »

Le Français admet qu’en ce qui concerne l’infrastructure du baseball en Argentine, il y a définitivement moyen d’améliorer les choses. Mais le pitching, grâce aux nombreuses importations vénézuéliennes, est fort, dit-il.

« Et sur le plan humain, c’était vraiment formateur et enrichissant. »

Ramiro Milar

Moins de deux ans après que Lakmèche soit devenu le premier et le seul joueur français à exercer son métier en Argentine, l’équipe actuelle du receveur — les Boucaniers de La Rochelle — a décidé de renverser l’expérience et d’inviter un joueur argentin.

Nous parlons ici de Ramiro Milar, la dernière personne, mais non la moindre, de notre liste de connexions France-Argentine, et qui a fait tourner plus de quelques têtes l’année dernière avec ce qui s’est avéré être un début stellaire dans la D1.

Milar a fait sensation cette année pour les Boucaniers (Crédit: B. Witte)

Le baseball n’est jamais un choix évident pour un jeune garçon qui grandit dans le quartier historique de Caballito dans la capitale argentine. Et dans le cas de Milar, son initiation au sport a été d’autant plus insolite qu’elle est venue, pour ainsi dire, en passant par… le Japon ?

L’histoire, comme il l’a raconté au Baseblog, est la suivante : un de ses frères a décidé de se lancer dans l’apprentissage du japonais et a donc commencé à suivre des cours le week-end dans un centre culturel japonais. Milar, qui n’avait que 10 ans à l’époque, l’a suivi, et c’est là, à l’école japonaise, qu’il a remarqué pour la première fois un groupe d’enfants jouant au baseball.

« Je leur ai demandé : Hé, je peux l’essayer ? Moi, je suis un gaucher, mais ils m’ont mis comme un droitier et j’ai essayé et raté », a-t-il déclaré.

« Mais ensuite ils m’ont mis comme gaucher, et j’ai frappé la balle et j’ai pensé: Whoa, c’est une sensation tellement agréable. Après cela, ils m’ont donné un gant. Et puis vous lancez et attrapez et le sentiment m’a juste eu. Et c’est comme ça que ça a commencé. Par curiosité. »

Le talent et le travail acharné ont mené à des opportunités avec des équipes locales et éventuellement, comme son coéquipier de La Rochelle Lakmèche, à une chance de représenter son pays. C’est alors que Milar se lance un nouveau défi : jouer au baseball universitaire aux États-Unis.

Le plan a bien démarré. Le jeune Argentin a été accepté pour étudier dans une école aujourd’hui disparue à New York appelée Globe Institute of Technology. Mais après seulement un an là-bas, l’école a fermé. Ensuite, il s’est inscrit dans un community college de l’Illinois, mais pour rester éligible à continuer à jouer au baseball, Milar a ensuite dû passer à un programme de quatre ans, ce qui s’est avéré impossible pour des raisons financières.

La curiosité a attiré “el porteño” au baseball (Crédit: B. Witte)

Entre-temps, il est retourné à New York et a travaillé comme entraîneur personnel, forgeant son corps et jouant au baseball ici et là, dans les ligues locales mais aussi occasionnellement pour l’équipe nationale argentine. La dernière saison complète qu’il a eue, cependant, était de retour en 2017, et donc, tenter sa chance la saison dernière au baseball français — surtout après avoir perdu encore une année, cette fois en raison de la pandémie — était à bien des égards un acte de foi.

Les grands espoirs de Milar — que son timing reviendrait et que tout le travail acharné qu’il avait fait au gymnase porterait ses fruits — ont finalement abouti, et de manière majeure. À sa première saison avec les Boucaniers, le joueur de 26 ans a mené l’équipe pour les coups sûrs (29) et la moyenne (.349) et à égalisé au premier rang de la ligue en double avec 9.

« C’est vrai. Cela faisait longtemps que je n’avais pas joué une longue saison, et je me sens vraiment bien dans ma performance et enthousiasmé par tous les ajustements et améliorations que je peux apporter pour la saison prochaine, » a-t-il déclaré.    

Benjamin Witte

2 comments

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s