Retour aux sources pour Nolan Soliveres, un fils prodigue du baseball français

MONTPELLIER — Chaque année, une poignée de jeunes espoirs français partent aux États-Unis, souvent avec des rêves — aussi nobles soient-ils — de devenir pro. La plupart commencent dans un community college. À partir de là, quelques-uns poursuivent des programmes universitaires de quatre ans.

Mais qu’est-ce qui vient après? Que se passe-t-il lorsqu’un joueur va aussi loin qu’il peut aller, lorsque les opportunités de jouer ou d’entraîner de l’autre côté de l’océan s’épuisent ?

C’est le scénario auquel Nolan Soliveres a été confronté à la fin de l’été dernier lorsqu’il est rentré en France après cinq ans en Floride, d’abord dans un community college, plus tard en tant qu’étudiant-athlète à la Webber International University, et enfin en tant qu’instructeur au Fortuna Training Facility près de Tampa.

Un “Warrior” en Floride (Crédit: WIU)

Le travail de Fortuna était quelque chose que le trilingue de 24 ans a vraiment apprécié. Et si les circonstances avaient été différentes, il serait peut-être encore là.

« J’ai adoré cet endroit et j’aurais adoré y rester, mais c’était la fin du visa », a déclaré Nolan au Baseblog plus tôt cette semaine lors d’une brève visite au Greg Hamilton Baseball Park, à Montpellier.

« C’était une autre porte qui s’est fermée. »

Quelques années plus tôt, le jeune Français — l’un des plus brillants talents de baseball du pays — a dû faire face à une déception encore plus grande. Répertorié pour le draft de la MLB, Nolan n’a finalement pas été sélectionné.

Mais voici ce qui est intéressant à propos des opportunités manquées : lorsqu’une porte se ferme, une autre, comme on dit, va forcément s’ouvrir. Et c’est finalement ce qui s’est passé pour Nolan — dans sa ville natale de Toulouse rien de moins !

Un accueil chaleureux du président du club Arnaud Bonjour (Crédit: STB)

C’est là qu’il a récemment obtenu un emploi dans la principale académie de baseball du pays, le Pôle France Baseball, qu’il a lui-même fréquenté avant de s’installer aux États-Unis.

Non seulement cela, mais le club de baseball de la ville, le Stade Toulousain, a récemment annoncé que Nolan travaillerait également pour eux, en tant qu’entraîneur des équipes de jeunes, et qu’à partir d’avril, il jouerait avec leur équipe de D1, qui a terminé septième l’an dernier dans le championnat de France à 11 équipes.

« En tant que joueur, les objectifs sont simples », dit-il. « Nous voulons atteindre la tête du classement et gagner également le Challenge de France. Je veux juste arriver au sommet. »

Le baseball dans le sang

Nolan est né à Paris mais a déménagé à Toulouse alors qu’il n’avait que trois ans. Son retour est donc un retour aux sources dans tous les sens du terme. Et c’était avec le Stade Toulousain, en plus, qu’il a joué son premier baseball organisé, s’entraînant tous les mercredis et samedis et concourant dans les mêmes catégories de jeunes qu’il supervisera désormais en tant qu’entraîneur.

Mais ce que Nolan décrit comme sa « culture baseball » vient aussi d’une autre source : ses liens familiaux avec le Venezuela. C’est là que sa mère a grandi et où Nolan — avant que la situation économique et politique du pays ne prenne une tournure si compliquée — se rendait régulièrement pendant son enfance, participant souvent à des camps de baseball d’été.

Avec les Hawks de Hillsborough Community College (Crédit: HCC)

Jouer au Venezuela, l’une des meilleures pays de baseball au monde, a donné à Nolan un avantage qui lui a bien servi en France, où au début de son adolescence, il a été invité à fréquenter l’académie Pôle Espoir de Montpellier et plus tard le Pôle France, de retour à Toulouse.

De là, il a eu l’occasion de jouer au baseball au Hillsborough Community College, où il a passé deux ans avant d’être transféré à Webber. Entre-temps, Nolan a été sélectionné pour jouer dans différentes catégories d’âge avec l’équipe nationale française, pour finalement décrocher une place dans l’équipe senior, avec laquelle il a joué en septembre dernier aux Championnats d’Europe de baseball dans le nord de l’Italie.

C’était une autre opportunité qui s’est présentée avec son récent retour en France, ainsi qu’une chance, à partir de fin août, de jouer pour les Barracudas de Montpellier, qui ont ensuite remporté le tournoi Challenge de France avant de tomber face aux Huskies de Rouen, l’éventuelle D1 champions, en demi-finale de championnat.

Jouer avec passion

C’était une rentrée en trombe dans le baseball français, en d’autres termes. « Une bénédiction », dit Nolan. Mais l’expérience est également venue avec quelques bosses sur la route. Le charismatique receveur a eu du mal au marbre, et tant au Challenge qu’aux Championnats d’Europe, il est resté sans coup sûr.


Nolan était un “happy camper” au Challenge (Crédit: Le Baseblog)

Ce que Nolan n’a pas perdu, c’est l’approche joyeuse qu’il apporte au jeu. Il joue aussi avec fanfaronnade, mais généralement avec un grand sourire sur son visage. C’est aussi quelque chose qui vient, soupçonne-t-il, de son côté vénézuélien.

« Tout ce que je peux dire, c’est que je l’ai eu de ma mère », dit Nolan en riant. « Je veux juste m’amuser tout le temps. J’adore pratiquer ce sport. C’est ma passion. Alors je me rappelle juste chaque jour que je fais quelque chose que j’aime. »

Cette approche lui a bien servi, plusieurs semaines après l’Euro, lorsque le Franco-Vénézuélien s’est retrouvé face à l’as Yoimer Camacho dans un scénario gagnant ou rentrant contre les Huskies.

C’était le troisième match de la série éliminatoire des cinq meilleurs de Montpellier contre les champions. Les Barracudas avaient déjà perdu les deux premiers matchs et risquaient d’être balayés.

Nolan a fait un home run dans le match 3 des demi-finales (Crédit: Le Baseblog)

Mais dans ce match, le lanceur montpelliérain Erly Casanova de Cuba a lancé un joyau pour garder les Huskies sans but, et à la septième manche, contre Camacho — qui lançait également un blanchissage à ce moment-là — Nolan s’est déchaîné sur une balle rapide qui a survolé la clôture du champ gauche.

Le coup de circuit a offert aux Barracudas leur seul point du match, mais c’était suffisant pour leur offrir la victoire cruciale, et donner à Camacho, un Vénézuélien, sa seule défaite depuis qu’il a rejoint la D1 en 2019.

« J’étais comme 0 pour 30 plus ou moins », dit Nolan à propos de son slump. « Mais je ne baisse jamais la tête. J’ai continué à broyer et à parler aux entraîneurs. Et ça m’a fait ouvrir un peu les yeux, alors ouais… [contre Camacho] je cherchais un pitch. J’ai eu mon pitch et je lui ai donné un bon swing. J’ai contrôlé le contrôlable et la balle est allé loin. »

Donner l’exemple

L’objectif sera désormais d’apporter cette même combativité — ainsi que sa joie de jouer — à sa nouvelle équipe, les Tigres de Toulouse. Mais dans la perspective de ce prochain chapitre de sa carrière, Nolan insiste sur le fait qu’il ne se concentre pas uniquement sur la performance personnelle.


L’équipe de France a invité Nolan à les rejoindre en Italie (Crédit: Le Baseblog)

Il est également profondément engagé dans le coaching, dit-il, pour être un leader sur et en dehors du terrain. Il souhaite mettre à profit l’expérience acquise à l’étranger et la réinvestir dans le baseball français. Il veut guider la prochaine génération de joueurs, aussi bien au Pôle France qu’au sein du club du Stade Toulousain.

« Je suis vraiment content d’être à la maison », déclare Nolan. « Toulouse est l’endroit où j’ai grandi, et c’est là que je veux aider à développer le baseball, à la fois en tant qu’entraîneur et en tant que joueur — pour l’équipe, mais aussi pour les enfants et les fans. »

Benjamin Witte

One comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s