Cinq joueurs français aux USA, édition 2022


Mathias LaCombe a débuté sa saison vendredi dernier en Arizona (Crédit: Le Baseblog)

Ici en France, l’Opening Day est encore dans plus de deux mois. Dommage! Mais si cela vous semble trop long à attendre, n’ayez crainte, car entre-temps, un certain nombre des meilleurs talents français reçoivent déjà l’appel à “play ball“.

Mais oui!

On parle bien sûr de la poignée de joueurs français actuellement inscrits dans des collèges et universités aux États-Unis, où des équipes des Carolines à la Californie démarrent leurs saisons en ce moment.

En d’autres termes, c’est game on! Et cela en fait le moment idéal pour faire le point sur ce qui se passe outre-Atlantique et présenter une fois de plus certaines des joueurs qui tentent de réaliser leurs rêves de baseball américain.

Paolo Brossier, un de les joueurs français aux USA

C’est la troisième fois que nous présentons “Five French Players” aux Etats-Unis, et encore une fois, il est important de préfacer les choses en disant qu’il ne s’agit en aucun cas d’une liste exhaustive de TOUS les jeunes frenchies qui testent leurs talents à l’étranger.

Ce n’est pas non plus un classement des joueurs français les meilleurs ou les plus titrés, donc pour tous les jeunes espoirs méritants qui n’apparaissent pas ici, excuses. Le Baseblog n’a que du RESPECT pour le défi que vous avez relevé.

Le seul critère que nous avons utilisé pour sélectionner les joueurs suivants est de nous concentrer sur des personnes que nous n’avons pas présentées dans le passé. Et donc, sans plus tarder, passons à l’article…

Ismail Pontiac

Le démarrage retardé de la saison de baseball D1 l’an dernier a été à la fois une bénédiction et une malédiction pour des équipes comme les Barracudas de Montpellier, qui avaient un certain nombre de joueurs sur leur liste actuellement inscrits dans des programmes universitaires américains.

Pontiac peut frapper et lancer (Crédit: Le Baseblog)

L’un d’entre eux est Ismail Pontiac, qui a été un contributeur majeur au succès de l’équipe en début de saison (il a battu .372, avec 20 coups sûrs en seulement 13 matchs) mais n’était malheureusement pas disponible pour leur série éliminatoire d’octobre contre l’éventuel champion. Huskies de Rouen.

La raison, bien sûr, est bonne : le natif de Perpignan, 21 ans, a dû retourner en Arizona pour la rentrée au Cochise College, à Douglas, juste au nord de la frontière avec le Mexique.

Le gaucher polyvalent peut certainement frapper, comme il l’a prouvé l’été dernier avec les Barracudas. Mais en tant que membre des Apaches du Cochise College, le rôle principal de Pontiac est de lancer.

Il s’agit de sa troisième (et dernière) année au community college américain où, parce que la saison 2020 a été annulée en raison de la pandémie de COVID-19, Pontiac a obtenu une année supplémentaire d’admissibilité et est toujours techniquement un sophomore (étudiant de deuxième année).

Les Apaches ont commencé leur saison vendredi dernier (28 janvier) contre le Colorado Northwestern Community College et affichent déjà un bilan de 3-1.

Mathias LaCombe

Rejoindre Pontiac cette année dans le sud de l’Arizona est un autre lanceur français et camarade diplômé de l’académie de baseball Pôle France à Toulouse : Mathias LaCombe.

De deux ans son cadet, le droitier est un freshman (étudiant de première année) au Cochise. Mais comme son compatriote, LaCombe a également passé une partie de l’été dernier à jouer en championnat de D1, dans son cas pour les Tigres du Stade Toulousain, à Toulouse.

LaCombe a joué l’été dernier en championnat de France de D1 (Crédit: Le Baseblog)

Originaire de la région Aquitaine, le joueur de 19 ans a fait ses débuts au Pitcher’s Baseball Club de Pineuilh, près de Bordeaux. Il a ensuite joué pour les Blue Jays de Saint-Aubin et, en 2020, pour Paris PUC.

Avec Toulouse la saison dernière, LaCombe a eu une victoire et une défaite, avec deux saves et 26 retraits au bâton en 19 manches. Pour les Apaches, il n’a jusqu’à présent eu qu’une seule apparition, venant samedi dernier pour relever Pontiac. Il n’a accordé qu’un coup sûr mais a accordé deux buts sur balles en deux manches.

Joseph Toubeaux

Un autre nouveau venu sur la scène universitaire américaine est Joseph Toubeaux, un joueur de position dont la première incursion dans le sport a été le tennis mais qui est passé au baseball vers l’âge de 12 ans.

Un freshman dans le Nebraska

Il a ensuite développé ses compétences avec le club Rouen Baseball 76 en Normandie, et a fréquenté l’académie de baseball là-bas avant de gagner une place dans l’académie nationale, le Pôle France, à Toulouse.

Toubeaux, 18 ans, est maintenant un freshman au Western Nebraska Community College, une école de deux ans à Scotsbluff, Nebraska, et aura son premier aperçu de l’action à partir du 12 février, lorsque sa nouvelle équipe — les Cougars — ouvrira sa saison contre New Mexico Military Institute à Roswell, Nouveau-Mexique.

Fair intéressant, Toubeaux est rejoint au Nebraska cette saison par un visage familier : le lanceur Thibault Mercadier, un freshman aussi et ancien de Pôle France qui a découvert le baseball lors d’un séjour de trois ans, enfant, dans l’État américain de l’Ohio.

Go Cougars!

Lilian Amoros

Comme les Barracudas, les Lions de Savigny se sont retrouvés un peu en désavantage numérique lors des éliminatoires de D1 l’an dernier, qui n’ont eu lieu qu’en octobre, bien après la rentrée aux Etats-Unis.

Les Lions, rappelons-le, ont été éliminés en demi-finale par les Templiers de Sénart (trois matchs contre un). Les deux équipes se sont plutôt bien affrontées du côté offensif, mais c’est du côté des lanceurs que Sénart a vraiment eu le dessus.

Amoros transféré de Clarendon à Vernon (Crédit: Le Baseblog)

C’est pourquoi les services de Lilian Amoros leur manquaient vraiment, après qu’il se soit séparé de l’équipe pour commencer ses études au Vernon College, au Texas.

Il n’a que 20 ans (presque 21), mais Amoros est déjà une force avec laquelle il faut compter, comme il l’a prouvé l’été dernier avec Savigny, le même club pour lequel il joue depuis qu’il n’a que sept ans. En un peu moins de 40 manches lancées, le droitier en a retiré 35 et affiché une ERA de 1.59. Il a également récolté trois victoires (contre une seule défaite), dont un sans coup sûr — no hitter —contre le Paris UC !

Amoros a passé l’année dernière au Clarendon College, une école de deux ans au Texas, jouant aux côtés de deux autres joueurs français : Léo Jiminian et Pierre Emmanuel-Planes.

Amoros et Emmanuel-Planes ont été transférés ensemble au Vernon College, et avec leur nouvelle équipe, les Chaps, ont commencé la saison 2022 le week-end dernier. Ce n’était pas un début idéal pour l’équipe — ils ont une fiche de 0-2 après avoir perdu une paire contre DC Eastfield — mais il y a beaucoup plus de matchs à jouer.

Léo Jiminian

Le dernier mais non le moindre sur notre liste 2022 est le susmentionné Léo Jiminian, qui a également été transféré l’année dernière du Clarendon College, dans son cas à l’East Tennessee State University (ETSU), à Johnson City, Tennessee.

Jiminian était avec l’équipe de France l’été dernier en Italie (Crédit: Le Baseblog)

L’équipe de baseball de l’ETSU, les Buccaneers, joue dans la première division de la principale association sportive universitaire des États-Unis, la NCAA. Et en rejoignant l’équipe, Jiminian, un junior (étudiant de troisième année), devient le premier joueur français de baseball à atteindre le niveau Division 1 de la NCAA.

La France compte également deux joueuses de softball NCAA D1 : Mélissa Mayeux, une senior (étudiante de quatrième année) à l’University of Louisiana-Lafayette ; et Kimane Rogron, qui après deux saisons très réussies au Trinity Valley Community College, au Texas, jouera cette année pour Texas A&M Corpus Christi.

Premier joueur français de baseball en NCAA D1

Jiminian a fait ses débuts au club de baseball Jimmer’s à Saint-Lô, en Normandie. Il a également joué pour le Stade Toulousain et les Sénart Templiers, et l’été dernier, il est apparu dans deux matchs pour les Lions de Savigny, récoltant trois coups sûrs en seulement sept à la batte. Plus tard, il rejoint l’équipe nationale française pour les championnats d’Europe dans le nord de l’Italie.

L’espoir français a connu une dernière saison sensationnelle (2021) au Clarendon College, battant .399 avec sept circuits et 49 points produits en 53 matchs.

Jiminian et les ETSU Buccaneers commencent la campagne 2022 le 18 février avec une home stand de trois matchs contre le nord du Kentucky. Ensuite, ils se rendront à Blacksburg, en Virginie, pour affronter Virginia Tech le 22 février.  

–Benjamin Witte (texte et photos)

One comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s