L’appétit grandissant des Tigers de Toulouse

Jossue Mendoza et STB en veulent plus cette année (Crédit: Le Baseblog)

TOULOUSE — En approchant du terrain de baseball Les Argoulets un dimanche matin lumineux mais venteux de la mi-février, je repense soudain à ma première visite ici, il y a près de trois ans.

Je venais à peine de « découvrir » le baseball français et j’avais encore beaucoup à apprendre. Mais même alors, je savais que l’équipe locale, le Stade Toulousain Baseball — STB en abrégé — était de sérieux outsiders face aux Huskies de Rouen en visite, champions en titre de la ligue D1.

Le manager de l’équipe, Tito Sánchez, se souvient aussi de ce jour-là. Avec Keivy Rojas, leur as vénézuélien sur le monticule, il croyait aux chances du STB de dérober un match de champions, et a demandé à ses joueurs de tout donner au premier match de leur double-header.

L’équipe a répondu à l’appel. Rojas a lancé un bijou, avec 11 strikeouts en sept manches, pour donner aux Tigers (l’autre nom des STB) une chance de se battre. Ensuite, au bas de la huitième, les STB menés 1 à 2, l’arrêt court Lucas Nagano a frappé un double pour égaliser le score. Et dans le neuvième, le match toujours serré, une paire de coups sûrs de Toulouse et des erreurs défensives ont permis le pinch hitter Reece Roussel de marquer le point décisif.

Keivy Rojas, l’as de l’équipe (Crédit: Le Baseblog)

Les joueurs de Rouen ont regardé sous le choc les coéquipiers de Roussel sortir du dugout pour former une mêlée de fête autour du marbre.

Ce fut un moment magique, un moment sur lequel Sánchez, originaire de la République dominicaine, ne peut s’empêcher de sourire encore. Mais la célébration a également été éphémère.

Dans le deuxième match, derrière leur propre as, les Huskies ont écrasé les Tigers 13 à 3. Deux mois plus tard, ils ont réitéré en remportant le championnat de D1, leur cinquième titre consécutif et le 14e en 15 saisons. Toulouse a terminé huitième du classement cette année-là, sur 12 équipes.

Le goût des défis

Fait intéressant, Toulouse a répété l’exploit l’an dernier en battant Rouen en début de saison. Au fil des semaines, ils ont aussi gagné un match sur deux à trois autres reprises, notamment contre les Lions de Savigny, remportant le match d’ouverture un dimanche torride d’août pour ensuite se faire écraser au match de l’après-midi.

Tito Sánchez, le manager du STB (Crédit: Le Baseblog)

Cependant, les Huskies et les Lions se sont finalement qualifiés pour les séries éliminatoires, tandis que les Tigers, avec une fiche globale de 9-13, ont de nouveau terminé en milieu de classement, septièmes cette fois sur 11 équipes.

C’est là que réside tout le problème. Oui, c’est important de pouvoir battre de temps en temps les meilleures équipes de la ligue, mais comme Tito Sánchez, lui-même ancien joueur du STB, est le premier à l’admettre, ce n’est pas suffisant.

Ce que les Tigers veulent vraiment, c’est se rendre eux-mêmes aux séries éliminatoires, concourir pour un championnat. Et avec la saison 2022 de D1 dans seulement sept semaines, c’est précisément sur cela, insiste le manager, que l’équipe se concentre en ce moment.

« Nous sommes sur la bonne voie », déclare Sánchez au Baseblog. « En ce moment, nous testons différents scénarios, pour voir quels joueurs correspondent à quel endroit. Nous apportons beaucoup de nouvelles pièces et voyons ce qui fonctionne. »

Esprit défensif

L’une de ces pièces est le receveur Nolan Soliveres, qui a joué pour les Barracudas de Montpellier la saison dernière après son retour en France suite à plusieurs années aux États-Unis, d’abord en tant que joueur universitaire, puis en tant qu’entraîneur en Floride.

Les nouveaux arrivants Soliveres (à gauche) et Esposito (Crédit: Le Baseblog)

Kenny Esposito, étudiant à Pôle France, l’académie nationale de baseball à Toulouse, est un autre nouveau venu, et tous deux sont aux Argoulets ce dimanche matin pour s’entraîner au bâton aux côtés de vétérans du STB comme Jossue Mendoza. Le Mexicain était le meilleur frappeur de l’équipe l’an dernier, avec 19 coups sûrs et une moyenne au bâton de .352.

Estarlin Richards, un jeune joueur talentueux de champ intérieur qui fréquente également le Pôle France, est également là, ainsi que les lanceurs Keivy Rojas — nuestro caballo, dit Sánchez — et Jhon Will García, un ancien espoir des Twins du Minnesota. Tous deux viennent du Venezuela.

« Je suis un entraîneur défensif », explique Sánchez. « Je suis moins concentré sur l’attaque, car pour moi, au baseball… Frapper est vraiment difficile. Et donc je crois vraiment au lancer et à la défense. Et nous avons de bons lanceurs. »

« Tout le monde sait ce que Keivy a fait dans cette ligue », ajoute-t-il. « Jhon Will est excellent aussi. Nous avons également Kenny Esposito. Euri García est également un excellent lanceur. Et Mathias LaCombe [qui joue actuellement pour le Cochise College, en Arizona] sera de retour des États-Unis fin mai. En termes de lancer, nous sommes bons. »

Les Tigers ont de grands espoirs pour Estarlin Richards (Crédit: Le Baseblog)

Rien n’est encore officiel, mais l’équipe est également en négociation pour faire venir quelques recrues étrangères supplémentaires, dont un autre lanceur avec une expérience de niveau professionnel.

Au vu du réalignement des équipes pour la saison 2022 de D1, Toulouse aura sans doute besoin de toute l’aide possible.

N’étant plus groupé avec Rouen, Savigny et Montigny comme la saison dernière, le STB affrontera cette année en saison régulière Nice, La Rochelle, Montpellier et Sénart. Ces deux derniers ont affiché les meilleurs records de la ligue l’an dernier.

« C’est un groupe difficile, et nous avons un défi difficile à relever, mais je crois en l’équipe que nous avons », a déclaré Sánchez. « Je crois en nos gars. Nous pouvons le faire. Nous allons nous battre. »

Nouveaux horizons

Cette vision et cette confiance sont quelque chose que l’entraîneur partage avec le nouveau président du Stade Toulousain, Arnaud Bonjour, également ancien Tiger.

Sánchez et Bonjour (à droite) ont une vision commune (Crédit: Le Baseblog)

La promotion de Bonjour fait partie d’une refonte complète de la direction du club. Ensemble, leur objectif est de donner un nouveau souffle au STB, non seulement en améliorant l’équipe de D1 à court terme, mais aussi en se tournant vers l’avenir.

« Nous avons profité de la situation sanitaire, quand nous ne jouions pas, pour vraiment parler. Et nous avons beaucoup parlé de l’importance de vraiment accélérer les choses en terme de développement des jeunes joueurs », explique Bonjour.

 Faire venir Nolan Soliveres est une étape clé dans cette direction, non seulement en raison de ce qu’il peut apporter à l’équipe de D1, mais aussi en raison du travail qu’il accomplit en tant qu’entraîneur des groupes de jeunes du club.

Le joueur de 24 ans, qui a grandi à Toulouse, a aussi un poste d’entraîneur au Pôle France, et peut servir de liaison importante dans ce sens avec ce qui se présente comme une ressource de valeur pour les Tigres.

Toulouse veut concourir pour un titre (Crédit: Le Baseblog)

 « L’arrivée de Nolan est excellente », explique Sánchez. « Il ajoute tellement. Même s’il est encore un jeune joueur, il a beaucoup d’expérience. Il connaît le baseball français comme sa poche. Il a joué aux États-Unis. Il a ce mélange d’être à la fois français et latino. Il a beaucoup de savoir-faire. »

Le club est également enthousiasmé par Estarlin Richards, 16 ans. Récemment, le STB a aussi fait un effort pour accueillir à nouveau une paire de piliers de l’équipe de France, Andy Paz et Leonel Céspedes. Paz, le joueur de l’année en D1 2021, et Céspedes font tous les deux une pause en ce moment, mais sont officiellement « rattachés » aux Tigers, explique Bonjour. Cela signifie que la porte est ouverte s’ils changent d’avis à propos de jouer.

Il reste bien sûr à voir comment tous ces mouvements se dérouleront dans les mois et les années à venir. Mais là où il y a une volonté, comme on dit, il y a généralement un moyen.

« Nous ne voulons pas continuer à finir en milieu ou en bas de classement », déclare Bonjour à propos de l’équipe de D1 de Toulouse. « Cela demande du travail. Ce n’est pas quelque chose qui change forcément d’un jour à l’autre, mais il y a une vraie volonté de devenir un grand club. »

Benjamin Witte (photos et texte)

One comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s