Recrues étrangères de la D1 (4ème partie)

Will Moscato va tenter sa chance à Rouen

L’hiver touche à sa fin, et à juste trois semaines de la journée d’ouverture de la saison française de baseball D1, les informations sur les nouveaux jouers « imports » de la ligue continuent d’être dévoilés.

Dans notre série sur les recrues étrangères, Le Baseblog a jusqu’à présent présenté sept joueurs, dont une paire de pays (Brésil et Argentine) qui ne viennent pas nécessairement à l’esprit comme sources de talents de baseball de haut niveau.

Ensuite, nous tournons notre attention vers deux autres imports, un receveur et un lanceur. Tous deux viennent des États-Unis, et tous deux se dirigent vers des équipes qui ont pris l’habitude, ces dernières années, de se rencontrer en finale de championnat.

Thomas Greely

Les Sénart Templiers, avec 18 victoires contre seulement deux défaites en saison régulière, affichaient le meilleur bilan de la D1 l’an dernier ainsi que leur attaque la plus puissante. Et de tous leurs frappeurs, personne n’a fait mieux que l’ancien espoir d’Oakland Athletics Andy Paz, qui a ensuite remporté les honneurs de MVP de la ligue.

Pour la deuxième saison consécutive, cependant, l’équipe s’est inclinée face aux Huskies de Rouen en finale. Et pendant l’intersaison, Sénart a également perdu Paz, qui a décidé pour des raisons personnelles et professionnelles de faire une pause cette année.

Greely est prêt à laisser sa marque

Inutile de dire que le receveur vedette est irremplaçable, et vu son importance, Paz manquera non seulement à Sénart, mais au baseball français dans son ensemble. Pourtant, les Templiers n’ont d’autre choix que d’essayer de fill his shoes, comme on dit en anglais, et à cette fin, ils sont ravis d’accueillir un receveur du « Golden State » qui a fait ses preuves au marbre.

Thomas Greely a joué deux saisons au San Joaquin Delta College, dans la vallée centrale de Californie, battant .333 sa première année, en 2018, et .294 sa deuxième.

Le joueur maintenant âgé de 24 ans a ensuite emmené ses talents à la California State University Long Beach (CSULB), dans la NCAA DI (le plus haut niveau des sports universitaires américains), où il avait une moyenne de .333 lors de la saison 2020 raccourcie par COVID. L’année dernière, il a frappé .167 en action très limitée (Greely n’en avait que 18 at bats).

Thomas Greely

Ce ne sera pas la première fois que les Templiers tenteront leur chance avec quelqu’un de Long Beach State, comme l’école est également connue. En 2019, son compatriote du CSULB, Daniel Jackson, a connu une saison sensationnelle à Sénart, menant la ligue pour les coups sûrs (52, à égalité avec Ariel Soriano), les doubles (17) et le total des buts (84).

Greely a reçu plusieurs offres pour jouer en Europe cette saison mais a finalement décidé que Sénart était l’offre le mieux placé.

« Tout d’abord, je suis ravi de rencontrer et de connaître de nouvelles personnes », a-t-il déclaré à l’équipe lors d’une récente interview.

« Si le baseball est ma passion numéro un, j’aime aussi faire des rencontres et partager des moments avec de nouvelles personnes. En ce qui concerne la partie baseball, je m’attends à gagner et à gagner beaucoup ! »

William Moscato

Comparé à CUSLB, avec une population étudiante de près de 40 000 étudiants, Macalester College est minuscule. Seulement environ 2 000 personnes fréquentent le liberal arts college. Situé à Saint Paul, dans le Minnesota, il n’a pas non plus le soleil du sud de la Californie. Et ses équipes sportives ne jouent pas au plus haut niveau de la compétition universitaire, mais dans la troisième division de la NCAA.

Ce que Macalester a, c’est un record éprouvé, en France, d’être une véritable source de talents de lanceur.

James Murrey

Les fans de baseball français se souviendront peut-être des exploits du lanceur James Murrey, qui a connu un long et impressionnant parcours en D1 à partir de 2011, lorsqu’il avait un bilan de 6-2 avec une ERA de 1.11 pour le Stade Toulousain. Sa dernière saison a eu lieu en 2019, toujours avec les Tigers de Toulouse, lorsque le droitier a affiché une excellente ERA de 1.34 avec 92 retraits au bâton en seulement 74 manches. Entre-temps, il a joué plusieurs saisons pour Paris UC.

Maintenant, les Huskies, champions en titre, sont prêts à faire venir leur propre lanceur de Macalester : William Moscato, un droitier de 21 ans qui possède également certaines compétences, il s’avère, en classe.

La double nationalité franco-américaine est actuellement en dernière année à Macalester, où il étudie les mathématiques appliquées et les statistiques. Il ne sera donc pas disponible pour Rouen avant la fin de l’année universitaire, vraisemblablement fin mai.

La bonne nouvelle, c’est qu’il rentre tout juste de la saison universitaire, et qu’il a donc la chance d’être dans un bon rythme.

Moscato a la double nationalité (Crédit: Rouen Huskies)

Mais il y a aussi des points d’interrogation concernant Moscato, qui tente une sorte de comeback après avoir perdu la saison 2020 à cause de la crise du COVID, puis s’est également absenté l’année dernière, dans ce cas en raison d’une blessure.

Jusqu’à présent cette année, the Scots (les Écossais), comme l’équipe de Macalester est connue, ont connu des difficultés. Ils n’ont gagné que deux matchs, contre huit défaites, mais n’ont pas encore joué à domicile.

Moscato était leur partant de la première journée, mais a duré moins de trois manches et a encaissé la défaite.

Lui et les Scots ont encore un mois et demi pour renverser la vapeur. Et avec un peu de chance, le jeune Franco-Américain sera bien en forme pour son arrivée, peut-être juste à temps pour aider les Huskies dans le tournoi Challenge de France (26-29 mai).

2 comments

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s