D1 Baseball : A mi-parcours de la saison régulière

‘Balou’ Dagneau a eu une performance monstre (Crédit: J. Christophe Studio)

La saison régulière de la ligue française de baseball D1 a maintenant atteint la mi-parcours, et après les matchs du week-end dernier, les meilleures équipes continuent de se séparer du peloton.

Nulle part cela n’était plus apparent que dans la ville normande de Rouen, où le champion en titre de D1 Rouen Huskies a écrasé Paris UC, surclassant les malheureux visiteurs par 30 points combinés dans une paire de matchs qui, en raison de la « mercy rule », n’ont duré que sept et cinq manches respectivement.

Dans le premier match, les Parisiens ont au moins réussi à marquer quelques points malgré une performance de 10 retraits au bâton du lanceur partant de Rouen, Esteban Prioul, qui a maintenant une fiche parfaite de 3-0 sur la saison. Mais avec l’attaque équilibrée de Rouen tirant sur tous les pistons, le Paris UC n’a jamais vraiment eu de chance.

Dylan Gleeson a marqué cinq points (Crédit: J. Christophe Studio)

L’équipe locale a récolté 17 coups sûrs dans le match, dont deux – tous deux des circuits – du cogneur Bastien Dagneau, qui a été en feu cette année après une performance exceptionnelle, lors d’un tournoi de pré-saison aux îles Canaries, pour l’équipe de France.

Sept des neuf frappeurs de Rouen ont eu plusieurs coups sûrs dans le match, dont l’arrêt-court Gabriel Harrison, qui est allé 3 en 4, et Hugo Blondel, qui a été rouge ces derniers temps et a maintenant 16 coups sûrs cette saison, à égalité avec son coéquipier Dagneau pour la tête de la ligue.

Le hit-parade s’est poursuivi pour les Huskies lors du match de l’après-midi. Ils ont marqué 13 points en seulement trois premières manches, dont deux grâce à une bombe de deuxième manche de Dagneau, qui a récolté un incroyable 11 points produits dans la journée – cinq dans le premier match et six dans le second. Blondel est allé 2 en 2 pour augmenter sa moyenne au bâton à .485 , et Louis Brainville a réussi trois coups sûrs dans le match.


L’étoile montante Quentin Moulin continue de briller (Crédit: J. Christophe Studio)

Pendant ce temps, le starter de Rouen dans le deuxième match, Quentin Moulin, a dominé sur le monticule, en retirant huit et n’accordant que deux coups sûrs en cinq manches. Avec Rouen en avance 20-0 à ce moment-là, le match s’est terminé tôt.

Avec la victoire, Moulin est passé à 3-1 sur la saison, et les Huskies, en tant qu’équipe, ont amélioré leur bilan à 7-1, en tête non seulement de leur division (Groupe A) mais de toute la ligue D1. Paris UC, avec six défaites et aucune victoire, est à la dernière place du groupe.

Les lions récupèrent

Cougars de Montigny (6-2), qui ont eu une semaine de congé après avoir joué trois week-ends consécutifs, y compris lors de la Journée internationale des travailleurs.

Mais la seule autre équipe du groupe A qui a une chance de se qualifier pour les éliminatoires a pris le terrain dimanche, dans son cas contre Metz Cometz, qui, comme le Paris UC, n’a pas encore gagné de match cette année.

L’équipe en question est les Lions de Savigny, qui ont atteint les demi-finales l’an dernier mais sont entrés dans le week-end avec un dossier de 3-3 après une paire de défaites déchirantes (les deux matchs ont été décidés par un seul point) le dimanche précédent. contre Montigny.

Contre les Cometz, comme prévu, les Lions s’en sont mieux sortis, remportant le premier match 5-0 malgré une solide prestation du lanceur messin Patrick Jordan. L’import américain n’a accordé que trois coups sûrs en sept manches tout en en retirant six.

Cependant, les erreurs ont coûté cher à son équipe, tout comme leur incapacité à mettre des points au tableau malgré six coups sûrs dans le match, quatre contre le lanceur partant de Savigny, Gédéon Coste, et deux contre Alexis Paredes, qui a eu neuf retraits au bâton – en seulement quatre manches !

Savigny a également remporté le match de l’après-midi, mais peut-être pas autant qu’ils le souhaiteraient étant donné à quel point leur alignement peut parfois être explosif. Pourtant, ils ont marqué sept points et Tom Dahan et Ivan Acuña ont chacun réussi trois coups sûrs.

L’import américain Markus Melendez (Crédit: Le Baseblog)

Néanmoins, les Cometz ont refusé d’aller « quietly into the night » et ont en fait mené le match à un moment donné grâce à une grosse troisième manche, alors qu’ils ont marqué trois points sur quatre coups sûrs. La recrue américaine Trevor Rogers a réussi deux coups sûrs dans le match (et quatre dans la journée). Markus Melendez, un autre joueur importé des États-Unis, a également réussi deux coups sûrs, tout comme l’adolescent Alexandre Frulloni.

Savigny a cependant riposté, marquant deux points en septième manche et en ajoutant un autre en huitième pour remporter le match par un score final de 7-5. Le lanceur Evertz Orozco, qui a lancé six manches en relève après avoir remplacé Firmin Hassed, a remporté la victoire, sa première de l’année.

Avec une fiche de 5-3, les Lions suivent les Huskies et les Cougars dans le groupe A mais chercheront à gagner du terrain lors de leur prochain match, le 12 juin, contre le Paris UC. Les Cometz chutent à 0-6 mais ont une chance décente de finalement entrer dans la colonne des victoires les deux prochains week-ends, lorsqu’ils disputeront quatre matchs contre les Parisiens sans victoire.

Les Tigers en prennent deux

Sur la Côte d’Azur ensoleillée, le groupe B a connu sa propre “bataille des sans victoire” dimanche, lorsque Nice Cavigal, 0-6 à l’approche du week-end, a accueilli les Tigres de Toulouse, qui avaient perdu leurs quatre premiers matchs – deux contre les Sénart Templiers, et deux le week-end précédent contre les Barracudas de Montpellier.

Contre Nice, cependant, les choses ont finalement tourné en faveur de Toulouse grâce en grande partie aux bonnes performances de leurs deux lanceurs partants : Jhon Will García et Edilson Batista.

Dans le match d’ouverture, García n’a accordé que six coups sûrs et aucun point en sept manches. Il a également enregistré neuf retraits au bâton. Jossue Mendoza l’a aidé du côté offensif, qui a réussi un coup de circuit en deuxième manche et un doublé en quatrième.

Le Stade Toulousain a fini par gagner le match 5-0. Ils ont également remporté le match de l’après-midi, 3-1, Mendoza fournissant à nouveau l’essentiel de l’attaque. Sur le monticule, Batista était aux commandes, n’accordant que deux coups sûrs en cinq manches avant d’être relevé par Euri García.

Bataille des titans

Cela nous amène donc au quatrième matchup du week-end, et le plus conséquent. Nous parlons de l’affrontement des deux titans du groupe B, Sénart et Montpellier, qui sont entrés dans leur confrontation à enjeux élevés à égalité pour la première place avec des fiches identiques de 5-1.

Les équipes rivales avaient clairement inscrit ces matchs sur leurs calendriers, et la compétition – à commencer par un match du samedi soir sous les projecteurs du stade des Templiers de Lieusaint – n’a pas déçu.

Fabi Kovacs de Montpellier a mené l’attaque lors du premier match

Ce match mettait en vedette deux des meilleurs lanceurs de la ligue, Shane Priest (Sénart) et Kevin Canelón (Montpellier), et comme prévu, ce fut un duel défensif. Priest, qui dispute sa deuxième saison avec les Templiers, n’a accordé qu’un seul point (non mérité) en sept manches. Mais Canelón était encore plus pointu sur le monticule, n’accordant que trois coups sûrs et zéro point tout en récoltant huit retraits au bâton.

Les Barracudas ont marqué trois autres points en huitième manche contre le releveur Mathis Meurant, tandis que leur propre lanceur de relève, Mathis Nayral, a limité les Templiers à un seul coup sûr (et un point non mérité) en deux manches de travail. Score final : 4-1 pour Montpellier.

Thomas Greely (à gauche) et Héctor Velasquez ont été un problème pour les Barracudas

Les choses ont cependant pris une tournure différente dimanche, lorsque les équipes se sont à nouveau affrontées. Le lanceur de Montpellier Owen Ozanich a retiré six frappeurs sur des prises, mais a accordé six points (quatre des mérités) en partie à cause d’un certain nombre d’erreurs défensives coûteuses de ses coéquipiers.

Son homologue, Carlos Eusebio, a eu raison de ce duel, accordant cinq coups sûrs mais limitant Montpellier à seulement trois points dans un jeu complète. Le lanceur dominicain a également réalisé 10 retraits au bâton lors de son début en D1 en tant que partant.

Le résultat partagé laisse à nouveau les Templiers et les Barracudas à égalité pour la première place de la poule, avec des fiches de 6-2. Sénart joue le week-end prochain à Nice. Montpellier sera également sur la route, mais fera face à un défi bien plus relevé face aux Boucaniers 4-2 de La Rochelle.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s