D1 baseball : récapitulation de la semaine 6

Kenjiro Sugiura des Barracudas de Montpellier

LA ROCHELLE – Ligue française de baseball D1, où une équipe – les Huskies de Rouen – a remporté six titres consécutifs et 14 des 15 derniers – est loin d’atteindre la parité réelle.

À plus de la moitié de la saison régulière, deux équipes n’ont pas encore gagné de match et deux autres ne semblent pas être en mesure de vraiment concourir.

Mais il y a une vraie intrigue – dans les deux groupes – parmi les meilleures équipes de la ligue, comme en témoignent les résultats de dimanche à La Rochelle, où les Boucaniers ont accueilli les Barracudas de Montpellier, et à Montigny-le-Bretonneux, où les Cougars ont affronté les red-hot Huskies.

Les Boucaniers avaient l’avantage du ‘home field’

A La Rochelle, les Barracudas – à égalité en début de week-end avec les Sénart Templiers pour la première place du groupe B – se sont présentés avec quelques surprises. Leur frappeur leadoff, Paolo Brossier, est enfin de retour des États-Unis, où il vient de terminer une autre saison avec la Middle Georgia State University, tout comme Pontiac Ismail, un joueur two-way qui fréquente le Cochise College en Arizona

Une surprise encore plus grande a été le retour du lanceur de puissance Yoan Antonac, qui a joué pour Montpellier à l’adolescence avant d’être repêché par les Phillies de Philadelphie, et avec son arrivée, les Barracudas déjà empilés semblent encore plus dangereux.

C’était certainement l’impression lors de leur match d’ouverture contre les Boucaniers, qui tentent de suivre le rythme dans la poule et se sont partagés, plus tôt dans la saison, avec les Barracudas et les Templiers.

Le retour d’Antonac est une énorme surprise

Le lanceur partant Kevin Canelón a livré une autre performance impressionnante sur le monticule, accordant seulement quatre coups sûrs et deux points (non mérités) en six manches pour remporter sa cinquième victoire de la saison.

L’offense s’est également manifestée. Brossier a payé des dividendes immédiats, récoltant trois coups sûrs dans le match. Luís Delogu a également réussi trois coups sûrs, tout comme Ariel Soriano, qui a réussi son premier HR de la saison et a récolté quatre points produits mais s’est malheureusement blessé en fin de match.

Avec 14 coups sûrs au total, les Barracudas ont remporté une victoire unilatérale 12-2. Mais comme ce fut le cas lorsque les deux équipes se sont rencontrées lors de la journée d’ouverture à Montpellier, La Rochelle a refusé d’aller tranquillement dans la nuit et a riposté dans le match de l’après-midi pour obtenir un résultat partagé.

Daniel Torres a réussi deux coups sûrs et deux points produits lors du deuxième match

Dans ce match, le lanceur partant des Boucaniers, Wilce Nieves du Venezuela, a récolté 11 retraits au bâton et a accordé quatre points en six manches et deux tiers de travail. Et en attaque, La Rochelle est restée concentrée, marquant deux points sur Owen Ozanich, deux autres sur Pontiac, qui est venu en relève en sixième manche, et deux autres sur Kenjiro Sugiura, pour remporter une victoire 6-4 et améliorer leur record. à 5-3.

Sweep pour Sénart

Avec la défaite, les Barracudas sont désormais à 7-3 et chutent à la deuxième place de la poule derrière les Templiers (8-2), qui se sont rendus sur la Côte d’Azur ce week-end et, comme prévu, ont récolté deux victoires faciles sur Nice Cavigal, qui affiche désormais une fiche de 0-10 cette saison.

Dans le premier match, l’as Shane Priest a lancé sept manches sans but, n’accordant que quatre coups sûrs et récoltant neuf retraits au bâton. En attaque, le voltigeur/lanceur José Paula a mené la charge avec deux des 10 coups sûrs de Sénart. Les Templiers ont remporté le match par un score final de 9-0.


Shane Priest a été solide toute la saison

Les frappeurs de Sénart ont également produit dans le match de l’après-midi, marquant 12 points, mais sur seulement six coups sûrs, dont deux par leur leadoff man, Alex Perdomo. Paula, qui a lancé trois manches en relève, a remporté la victoire après que les Templiers aient poussé leur avance à 11 points et obtenu la victoire (12-1) après sept manches en raison de la mercy rule.

Comme les chats et les chiens

Pendant ce temps, de l’autre côté du pays, les Huskies – vainqueurs de leurs six derniers matchs – ont apporté leurs talents à Montigny, où les Cougars, 6-2 à l’approche de la fin de semaine, ont connu une solide saison à part entière.

Montigny a battu les Huskies lors de leur tout premier match de la saison et avait hâte de répéter l’exploit dimanche. Mais dans le premier match, un duel de lanceurs classique entre Quentin Moulin de Rouen et Robinson Maestre, cette chance leur a échappé en extra-innings.

Robison Maestre a plus de K que quiconque dans la ligue

Maestre a été merveilleux, n’accordant que trois coups sûrs et en retirant 10 en 10 manches de travail. Mais à la 11e manche, contre le releveur Antoine Rault, les Huskies ont finalement percé, marquant deux points pour remporter une courte victoire 2-1.

Pourtant, les Cougars avaient prouvé un point: qu’ils pouvaient vraiment affronter les champions éternels, et dans le match de l’après-midi, ils l’ont montré une fois de plus.

Les Huskies ont réussi trois points sur six coups sûrs, dont deux par Hugo Blondel. Montingy leur a cependant fait mieux, récoltant trois coups sûrs mais marquant quatre points, dont le vainqueur du match – sur un simple RBI de Kilian Besoli – en fin de neuvième pour se venger.

Hit-parade

Rouen reste à la première place du groupe A avec un bilan de 8-2. Mais les Cougars, à 7-3, sont juste derrière eux. A la troisième place de la poule se trouvent les Lions de Savigny (5-3), qui ont eu le week-end de repos. Derrière eux se trouvent deux équipes – les Metz Cometz et Paris UC – qui ont vraiment peiné cette année.

Les Comtez avaient enfin une raison de sourire

Ni l’un ni l’autre n’avaient gagné un match avant le week-end, mais face à face dimanche – dans une bataille des cellar dwellers – il était garanti qu’au moins un entrerait enfin dans la colonne de la victoire.

Ces honneurs, il s’est avéré, reviendraient au Cometz, qui a non seulement remporté le premier match, mais l’a fait de manière explosive, marquant 17 points sur 24 coups sûrs, dont huit par les joueurs américains importés Markus Melendez et Trevor Rogers (quatre coups sûrs chacun).

Metz a également remporté le match de l’après-midi, mais dans ce cas par une marge beaucoup plus étroite. Melendez a continué à briller, récoltant trois coups sûrs dans le match. Clément Noblet a également réussi trois coups sûrs, et au total, l’équipe a réussi à marquer huit points, un de plus que Paris UC, qui a réussi sept points de 10 coups sûrs, dont deux de Douglas Rodríguez.

Avec le balayage, les Metz passent à 2-6 sur la saison. Le Paris UC tombe à 0-8, mais aura peut-être une chance de se venger lorsque les deux équipes se retrouveront le week-end prochain.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s